La Genève Escamotée

GeneveEscamoteeLa Genève Escamotée est un collectif de personnes civiles qui se sont réunies pour faire entendre les besoins des personnes en situation de précarité à Genève. Début 2013, ils ont sorti un manifeste largement distribué au sein de la population et des autorités politiques.

Télécharger le manifeste 2013 (PDF)

En avril 2014, un nouveau manifeste est publié proposant des solutions concrètes d’hébergement et de logement, permettant une prise en charge globale de la problématique.

Télécharger le manifeste 2014 (PDF – lecture écran) ou (PDF – impression)

PRIORITÉ N° 1 : LE LOGEMENT

Les personnes qui se retrouvent à la rue sont de plus en plus nombreuses. Toutes ont des parcours de vie différents, mais elles ont en commun de faire les frais d’une précarisation grandissante du monde du travail, de l’accès et de la conservation des droits au logement et aux services sociaux.

Dans la cité de Calvin comme ailleurs, lorsque la spéculation immobilière s’intensifie, les personnes à revenus moyens voient leur loyer flamber et leur accès à la location entravé. Les pauvres, eux, se retrouvent encore plus facilement sans domicile. L’insuffisance de logements sociaux à Genève et les mesures d’accueil d’urgence actuelles (dortoirs aux places limitées et ouverts une partie de l’année seulement, lieux trop peu nombreux pour se laver et manger, discriminations de traitement selon l’origine des bénéficiaires, services sociaux débordés) ont pour conséquence de maintenir à la rue ceux qui n’ont pas d’autres moyens à disposition.

Plus de 400 personnes, selon les estimations de certaines associations actives dans le domaine, cherchent quotidiennement un lieu chaud pour passer la nuit. Les plus «chanceux» louent des matelas pour 400 CHF par mois au minimum, tandis que les autres se débrouillent dans les cages d’escaliers et les caves, les abris de fortune, sous les ponts ou dans les parcs. Les points d’eau publics (pataugeoires, etc.) sont également utilisés pour des soins d’hygiène élémentaires. En plus de constituer une humiliation pour ceux qui les vivent, ces stratégies de survie restent malheureusement incomprises, et provoquent un sentiment d’insécurité chez les habitant- e-s des quartiers confrontés à cette grande précarité récente à Genève. Les services de la ville (Police municipale, Voirie, Service des Espaces Verts, etc.) se trouvent également mobilisés de manière accrue pour « faire face » à cette pauvreté visible, ce qui n’est pas sans causer des coûts supplémentaires au contribuable !

Nous constatons, au quotidien, que l’accueil d’urgence à Genève n’est pas adapté à l’augmentation croissante du nombre de personnes en grande précarité. La pauvreté ne devrait plus être considérée comme une fatalité nécessitant des mesures d’urgence à peu de frais, pour des « marginaux » désignés comme « coupables » de leur situation. Il est temps de rendre aux personnes précarisées la dignité et le respect qui leurs sont dus. Ceci passe par la prise de conscience des lacunes des politiques publiques actuelles et la mise en place, dès maintenant, d’un véritable plan d’action sociale digne de ce nom et dans une optique de recréation du tissu social et démocratique à long terme…

Pour lire la suite, téléchargez le manifeste 2013 et le manifeste 2014